« Je mange ma viande sans sauce béarnaise »

Ces mots sont de Vaslav Nijinski lui-même. Entendez par là « J’écris la danse sans fioritures » ; un commentaire livré dans la presse il y a 100 ans, suite au scandale provoqué par Le Sacre du printemps.
Théâtre des Champs Elysées, 1913 : imaginez une horde de spectateurs chiquement vêtus huant les danseurs de Nijinski, les cris recouvrant les notes de Stravinsky, les artistes continuant à danser et jouer sous les projectiles. Comment expliquer un tel pugilat ? Pour en savoir plus, rendez-vous le mardi 27 novembre à 19h00 au théâtre. Dominique Brun et Jean-Philippe Dejussieu nous concoctent une rencontre épicée sur les plus grands scandales de l’histoire musicale et chorégraphique…
Continuer à lire … « « Je mange ma viande sans sauce béarnaise » »

Publicités

6050 kilomètres en une nuit

Ray Lema est né dans un train en 1946 dans l’ex-Zaïre (République Démocratique du Congo). Il est entré au petit séminaire de Kinshasa pour devenir prêtre mais la rencontre avec le piano, Mozart, Bach, et Beethoven va changer sa vie. Dans les années 70, Ray Lema entreprend un travail digne d’un ethno-musicologue et récolte avec un magnétophone tous les sons, musiques et rythmes de son pays.
Continuer à lire … « 6050 kilomètres en une nuit »

À vos pliages !

Depuis plusieurs années déjà, la Compagnie Pour Ainsi Dire est attachée à la Russie. Sylviane Fortuny et Philippe Dorin y ont fait plusieurs séjours lors de la représentation de L’Hiver quatre chiens mordent mes pieds et mes mains et ces temps-ci pour la création de Ils se marièrent et eurent beaucoup avec des comédiens russes. À Moscou ils ont esquissé leur prochain spectacle Sœur, je ne sais pas quoi frère.
Continuer à lire … « À vos pliages ! »

« Tous les jours c’est Dimanche » *


Samedi 10 novembre
au soir, vous serez pour beaucoup de retour de vacances ou de week-end prolongé. À quelques heures d’une rentrée automnale, deux solutions s’offriront à vous : rester au fond de votre lit à pleurer la fin des congés… ou venir vous blottir dans un des fauteuils rouges molletonnés du Théâtre des Bergeries pour entendre un artiste vous confier en chanson : « Laissez-vous faire, Laissez-vous vous porter, Sous le ciel ouvert au bord de la rivière. »*
Continuer à lire … « « Tous les jours c’est Dimanche » * »