Elles n’ont attendu l’autorisation de personne

Et c’est tant mieux. Artistes, Femmes et Africaines. Cette année, et pour fêter fièrement son trentième anniversaire, le festival Africolor prend un E. Mousso Power !

« Mousso », ce sont les femmes en Bambara (langue nationale malienne, parlée également en Côte d’Ivoire ou au Burkina Faso…).
Le festival Africolor célèbre donc cette saison toutes ces artistEs qui n’ont pas attendu d’autorisation pour faire de la musique. Et qui, sans concession aucune, s’imposent artistiquement et humainement sur le devant de la scène. Comme souvent, Africolor est un fantastique témoin d’actualité !

Et après avoir accueilli Rokia Traoré, Naïssam Jalal ou encore Noura Mint Seymali ces dernières années, le Théâtre des Bergeries est ravi de s’inscrire dans cette édition 2018 du festival saint-dionysien et de soutenir la création féminine, en accueillant mercredi 28 novembre les sœurs Hié, Mélissa et Ophélia Hié, aux côtés des célèbres tambours du Burundi !

Alliant parfaitement tradition et modernité, les deux musiciennes originaires de Bordeaux offrent aux mélodies et à la culture musicale burkinabè, toute leur créativité et leur technicité.

Quoi de plus festif pour lancer une soirée mémorable ? Qui se poursuivra, tambours battants, avec les maîtres de la percussion africaine : les tambours du Burundi. Ils chantent, jouent et dansent, un tambour sur la tête 😮 ! Impressionnant.

Une invitation joyeuse à la transe ! +

Publicités

2 réflexions sur « Elles n’ont attendu l’autorisation de personne »

  1. bonsoir,
    Je suis restée bouche bée devant tant de productivité, en un espace temps très court…ensuite la thématique de la différence si bellement abordée au premier spectacle qui parle d’un certain Ulysse ami d’une protagoniste avec des problèmes de perception du monde m’ont beaucoup intéressées…le texte très beau m’a émue et je suis entrée dans l’univers étrange d’une personne qui doute de sa vie réelle ou voit autrement la réalité « évidente »,en mon souvenir c’est ce qui m’est restée…
    ce spectacle ne vous regarde pas m’a fortement angoissée, mais intéressée également sur les différents plans qui s’entrecroisent, et comme un escalier en colimaçon remet la problématique d’Hamelette au présent de notre sciècle contemporain…mais j’ai eu l’impression de vous regarder nous applaudir dans un face à face en miroir assez bizzard… car la lumière jaune où le casque était comme un discour qui s’interposait entre le publique et la scène, et que l’on pouvait couper à souhait , imposait une forme de vécue solitaire mais partagée…
    enfin le dernier spectacle,pour des jeunes ,c’est excellant,pour moi qui le suis un peu moins fut leger et plein de profondeurs… cependant n’aborde point le thème de l’autisme comme il était annoncé…
    bref,j’ai été enchantée de faire connaissance avec votre équipe…
    Bonne continuation!
    merci de votre attention
    Mll Olmedo Adriana

    J'aime

déposer un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.